05/04/2013

Pierre REVERDY

Le Bruit Des Vagues

Tous les flots des marines du mur pourraient se déverser dans les assiettes, avec la céruse écumante des vagues.

Le fond resterait toujours bleu, derrière le soleil trop éclatant du cadre.

Dans la maison, assez calme pour un pareil temps, chacun se retourna pour savoir d'où venait ce bruit, ce mouvement.

Car personne n'était dans le secret, que celui dont l'œil inquiet ne quittait plus le carré blanc de la fenêtre,

et, dans les rideaux soulevés par sa poitrine émue, celui qui n'était venu là que pour voir et ne pas être vu.

Pierre REVERDY in Etoiles Éteintes, 1921

21:55 Publié dans Choix de poèmes | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.