06/04/2013

Pierre PEUCHMAURD

Réticent rétiaire des roses

 

Un glacier s'allume

- encore un jour pour la lumière

pour le lièvre de l'horizon

encore un jour à incendie de roses

repoussées des ornières

C'est une voix qui commence le jour

c'est une voix, c'est une fille

un vitrail de vitesse, un coffre de couleurs

fermoirs et lunes encore une vie,

lunes et fermoirs encore une mort,

encore un cri de mousse et d'or

C'est une épaule de sable sous les lèvres du sable

c'est l'eau blanche dans la gorge

Elle allume le soleil quand elle pisse

 

Entre le

réticent rétiaire des roses,

ses filets, ses murmures,

les chaînes tombent comme des anges

 

Tout le noir de ta bouche

peint l'aurore de ta bouche

les anges tombent dans les angles

où ta chair tient le feu

et son pari d'or rouge,

son pari de poussière

Rétiaire nu,

sa gorge ouverte sur ta gorge fermée

son ventre ouvert et tes anneaux de bronze,

la bave rose consentante

et l'aurore de ta soif

 

Pierre PEUCHMAURD

11:35 Publié dans Choix de poèmes | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.