20/05/2013

Philippe Leuckx

Le jour a bien du mal à trouver place entre les gris, la nudité des tons et un chromatisme desséché.
Et pourtant ce n'est pas faute de pousser.
Et pourtant la lumière pointe, le temps d'un bref mot.
Les motifs s'éloignent, la lente désintégration des espaces.
Parfois, un vol signale qu'il n'y a pas que pluie passante.
Mais ces signes s'étirent et se brisent.
Le jour n'a presque plus d'épaules et l'absence pèse.
 

Philippe Leuckx

16:16 Publié dans Choix de poèmes | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.