11/06/2013

GEOGRAPHIE(S) HUMAINE(S) - TANLAY / FRANCE

Géographie(s) Humaine(s)

Isabelle Brunelin, de la Galerie de l'Ancienne Poste à Toucy, me fait parvenir par mail l'annonce de cet événement photographique auquel, en scrutant un peu le travail des exposants, je m'intéresse immédiatement. Nous avons ici affaire à des artistes chevronnés et habités par des conceptions passionnantes de l'art photographique.

A1.jpg

Paysages & Portraits photographiques 

15 juin - 15 septembre 2013 - Communs du château 

89430   TANLAY FRANCE

Laura Henno - Gilles Gerbaud - Julie Ganzin - Denis Darzacq - Christian Courrèges - Florence Chevallier - Eric Bourret - Didier Ben Loulou - Philippe Bazin

A7.jpgEn réalité, c'est en visitant les albums de Laura Henno que je me suis décidé à m'intéresser longuement à l'événement. J'ai été sensible, très sensible, en visitant son oeuvre, à sa manière de capter cette espèce de déroute momentanée de l'adolescence, cette sorte d'hésitante scission intime entre le fantôme des rêves et des songes et l'être désorienté appelé à exister dans le réel. J'ai trouvé là de l'inédit. Il me semble qu'elle capte subtilement cet instant où la vie, à son orée, joue un peu dans ses rouages, erre et hésite entre poésie, prose, baragouin, silence, bruit et musique. Les photographies de Laura Henno sont d'une subtilité extrême, fragile, frêle et belle à l'instar de ce qu'elles fixent. Son art rend le frisson adolescent tel qu'il est vécu, intimement éprouvé. J'ai en outre vu qu'elle avait exposé à la Galerie du Château d'Eau de Toulouse, lieu que j'aime immensément. Dans les liens que je communique, tout son parcours, déjà considérable, est visible. Française, Henno est née en 1976, elle a étudié les Arts Visuels à La Cambre, Bruxelles. Je suis bien entendu à la lisière de son travail, je n'en ai découvert que des bribes, des indices, mais assez pour être curieux de son art et exalté par ce coin du voile que j'ai soulevé.

LAURA HENNO

http://fr.wikipedia.org/wiki/Laura_Henno

http://www.laurahenno.com/

 http://www.fillesducalvaire.com/?SITE=1&CURRLANG=1&am...

https://www.facebook.com/laura.henno.7/photos

A1.jpg      A2.jpg

A3.jpg      A4.jpg

A5.jpg

Sur Gilles Gerbaud, je sais moins de choses. Il est né en 1967, il est français, photographe et plasticien, il vit et travaille à Crest. J'ai trouvé un peu de matière sur un très beau projet thématique, conduit en coopération avec Raphaël Chipaut, intitulé Le Coureur. Un type en fuite, à mi-chemin entre le Prisonnier et le Sweetback de Melvin van Peebles, cavale sans arrêt, entre dans des structures archéologiques tracées sur la photographie. Passionnant.

Gilles Gerbaud

http://gerbaud-chipault-expos.blogspot.be/

http://www.voies-off.com/index.php/gilles-gerbaud-et-raph...

http://lezat44.tumblr.com/expos

A1.jpg

A2.jpg

Julie Ganzin est née en 1963 à Marseille et vit à Boulogne-Billancourt. Sa pratique de la photo s'origine, ai-je lu, dans la lecture des auteurs de la période romantique. Elle aime Stendhal, Mérimée et cherche à saisir l'âme du paysage méditerranéen. Elle collabore avec poètes et auteurs, accompagne leurs oeuvres avec sa création photographique notamment pour le compte des éditions Fata Morgana. En visitant les espaces où l'on parle de son travail, je m'aperçois que chez Fata Morgana, ses photographies accompagnent les oeuvres de Nuno Judice, Salah Stétié, Christian Bobin ou le cher André Pieyre de Mandiargues.

JULIE GANZIN

http://www.julieganzin.com/

http://www.fatamorgana.fr/noms/julie-ganzin

http://www.filigranes.com/main.php?act=artistes&s=fic...

http://www.photography-now.com/artist/details/julie-ganzin

A1.jpg      A2.jpg

Denis Darzacq est un photographe français né à Paris en 1961 issu de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Son univers dépeint un être en décalage avec l'univers dans lequel il évolue, une sorte d'alien errant dans un monde monde aliéné. Ses compositions posent les questions existentielles fondamentales gravitant autour des thèmes de la pesanteur, de la rigidité, de l'uniformité affrontés au désir de la singularité, au désir de l'assomption personnelle. C'est aussi la capture toujours très originale de l'être singulier, insolite dans un univers formaté, froid, inhospitalier, le nôtre. Comment être, vivre, penser, bouger, se réjouir, marcher dans un monde qui favorise l'effacement, l'agglomérat, la dissipation, l'insignifiance ? Comment appartenir au monde sans être oblitéré par lui ? Comment sauvegarder, pour vivre, sa distinction ? Comment, peut-être, signer sa trace, son passage ? Membre de l'Agence VU, Darzacq est représenté par la galerie VU' qui lui consacre un espace très remarquablement conçu et qui m'apparaît incontournable pour celui qui veut pénétrer l'univers de l'artiste : http://galerievu.com/series.php?id_photographe=1/. Darzacq fixe aussi remarquablement la différence : ses photographies sur le handicap sont d'une force, d'une intelligence, d'une sensibilité et d'une efficace inhabituelles. Oeuvre très exaltante, ardente.

Autres liens: 

http://www.denis-darzacq.com/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Darzacq

DENIS DARZACQ

A1.jpeg      A2.jpg

A3.jpg      A4.jpg

A5.jpg

A6.jpg      A7.jpg

A8.jpg

CHRISTIAN COURREGES

Christian Courrèges est un photographe français né à Aix-en-Provence en 1950. Il vit et travaille à Paris. Il est professeur à l'ENSAD (Ecole Nationale Supérieur des Arts Décoratifs). Courrèges est un grand spécialiste du portrait : il a photographié des ecclésiastiques en tenue, des détenus, des magistrats en robe, des visages d'haïtiens. Il cherche à détecter l'individu derrière l'uniforme, le masque social. Il cherche à distinguer ce qui appartient à l'individu et à son groupe. Il recueille, avec un certain cynisme et ou avec un réel respect, cette sorte de protocle au travers duquel l'individu s'identifie à une corporation, une famille, un groupe, un ordre, une dignité. 

http://christian-courreges.com/

http://www.la-croix.com/Culture/Actualite/Christian-Courr...

http://www.picto.fr/2013/swenkas-christian-courreges-a-la...

http://www.finearttv.tv/fr/fine-art/decouverte/christian-...

A1.jpg   A2.jpg   A3.jpg

A4.jpg   A5.jpg   A6.jpg

FLORENCE CHEVALLIER

Elle est née à Casablanca en 1955. Elle vit et travaille à Paris. On lui décerne le Prix Niepce en 1998. Elle est co-fondatrice du groupe Noir Limite. Elle est professeure dans plusieurs écoles : ESAD( Reims,Ecole Régionale des Beaux-Arts (Rouen). Elle est chevalier des arts et lettres.

Qu'est-ce que Noir Limite ?

À partir de 1985 Yves Trémorin et Florence Chevallier rejoignent l'association et fondent avec Jean-Claude Bélégoule groupe Noir Limite qui désormais va être le centre des activités de Photographies & Co. Tous trois s'étaient rencontrés à Arles en juillet 1984. Constatant d'un côté la spécificité et la marginalité de leurs travaux, tant par rapport au milieu de la photographie que celui des arts plastiques ; et de l'autre la convergence de leurs œuvres, marquées par une approche exacerbée du corps et de l'existence, ils se réunissent en Janvier 1986 sous un même manifeste. "La photographie est affaire de surface, d'apparence, de donné à voir. S'attacher à la surface des choses - la peau, à fleur, dénudée, tendue, vive, à vif. S'attacher à cette matière du corps, là où s'offre la fragilité de ses limites, limites du dehors et du dedans, de la peau et des entrailles, là où elle se met en péril et met notre extériorité en crise, en désir. Crever la surface. Crever le corps." Ce manifeste accompagne leur première exposition (Nus voilés, Nus froissés, Nus autoportraits). Et dès lors ils mènent ensemble leurs projets, réalisant leurs prises de vues séparément, mais dans une confrontation intellectuelle et morale incessante.

(Infos prélevées in http://www.photographiesandco.com/historiquenoirlimite.php)

Liens pour l'artiste :

http://www.florencechevallier.org/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Florence_Chevallier

http://florence-chevallier.blogspot.be/ 

http://www.pablo.pro/artiste_det.php?id=68

A1.jpg      A2.jpg

A1.jpg      A2.jpg

A1.jpg      A2.jpg

A3.jpg      A4.jpg

ERIC BOURRET

A1.jpg

http://www.ericbourret.com/

http://autresetpareils.free.fr/artistes/bourret.htm

DIDIER BEN LOULOU

Photographe israélien d'origine française, Didier Ben Loulou étudie l'art, s'initie à la photographie et donne, en 1979, ses premières diapositives à l'atelier Fresson avec lequel il collabore toujours. En 1981, il séjourne pour la première fois à Tel Aviv, tient un "répertoire photographique" de l'espace maritime et architectural de la ville et explore un autre lieu, Jaffa et le quartier en ruine d'Ajami. Il y consacrera un livre, Jaffa, la passe, publié en 2006. En 1993, il s'établit à Jérusalem, point d'ancrage de son travail artistique, et trace le portrait changeant d'une cité aux multiples frontières. En 1996, Bruno Roy (Fata Morgana) lui propose d'illustrer photographiquement l'ouvrage d'Emmanuel Levinas, Violence du visage. En 2004 paraît Sincérité du visage (Filigranes Editions) sur un texte de Catherine Chalier. L'écriture imprègne l'œuvre photographique de Didier Ben Loulou. Lauréat de la Villa Médicis hors les murs en 1995, il expose régulièrement en Europe et aux Etats-Unis. Ses œuvres font partie de nombreuses collections publiques : Fonds national d'Art contemporain (Paris), Victoria & Albert Museum (Londres), Museum of Fine Arts (Houston), Maison européenne de la photographie (Paris).

Sources : http://www.imec-archives.com/fonds_archives_fiche.php?i=BNL

http://www.didierbenloulou.com/

http://www.hagalleria.com/pdf/presse_2_26.pdf

http://www.hagalleria.com/pdf/presse_2_52.pdf

A1.jpg      A2.jpg

A3.jpg      A4.jpg

A5.jpg      A6.jpg

PHILIPPE BAZIN

Médecin de formation, Bazin est photographe. Il est issu de l'Ecole Nationale de la Photographie à Arles. Il enseigne à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Valenciennes. Il a reçu le Prix Niepce en 1999.

Que racontent un lieu ou un visage ? La mémoire peut-elle s’y lire ? Ce sont quelques-unes des interrogations qui sourdent du travail photographique et vidéographique de Philippe Bazin. Lorsqu’il s’arrête devant d’anciens terrains de bataille, des champs ou qu’il filme des ouvriers pendant une heure, il y a toujours ce même précisionnisme, ce souci de passer derrière l’image, derrière la représentation. Philippe Bazin sonde les histoires, personnelles ou historiques, avec une attention particulière pour la lutte, la survie. Derrière ses portraits, ses paysages, s’ouvrent progressivement des environnements, littéraires, politiques, sociaux, des rapports complexes qui chargent avec lenteur et minutie le regard. Comme un temps d’exposition. (Bénédicte Ramade) 

(Source : http://ateliera.creative.arte.tv/bazin-philippe/)

http://www.philippebazin.fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Bazin

http://www.youtube.com/watch?v=lsBc5GUrtJE

A1.jpg      A2.jpg

A3.jpg

A4.jpg

20:18 Publié dans Coups de coeur | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.