05/07/2013

Marc von Martial

MARC VON MARTIAL

http://www.marcvonmartial.com/

http://www.sensual-photography.eu/index.php?pg=portfolio&...

A1 MVM.jpgVoilà, issu des prolifiques et féconds espaces de Nicole Fily et François Rommens, un jeune photographe allemand extrêmement convaincant. Comme chaque artiste qui capte l'attention, il apporte quelque chose de neuf. Ainsi, ses dos de femmes, par la manière dont ils sont enchassés dans la lumière, par la façon dont il semble dresser de fragiles et merveilleux remparts, sont d'une beauté poignante. Ces suites de somptueux dos sont des orchestres d'instruments sublimes et savants, de splendides lutheries blanches et délicates, regardées avec virtuosité et admiration. Ici, le dôme d'une épaule, le cintre délicat des omoplates, le vase d'un dos, l'élan d'une nuque, la chute de la hanche sont peints, sculptés et chantés avec une grâce inédite, extraits de l'ombre comme des joyaux délicatement enlevés à leurs écrins. Il y a aussi des instants de Grèce antique, des secondes de la statuaire grecque chez von Martial. Il y a encore un supplément d'attention, de ferveur. Von Martial nous donne une idée - c'est un vertige - de l'intelligence et de la saveur des formes. Le photographe a parfaitement conscience qu'il fixe des splendeurs et il les approche avec le respectueux et amoureux raffinement d'un renifleur d'edelweiss. Ses visages - qui sont réellement, à l'écart de la pose, des visages qui songent et pensent - me saisissent par leur beauté poétique, par cette dimension de l'être, par ces instants de présence presque aérienne qu'ils évoquent. Ses femmes à la fenêtre ou à la lucarne sont de ces perles magnifiques qu'il faut opposer au médiocre des jours et à la vilénie des gens, à sa propre inélégance, lorsqu'on en reconnaît le passage. Ce sont des indices, de merveilleux signes d'une spiritualité humaine et d'une élégance à être. Tout ici, avec une subtilité supérieure, me susurre avec une ardente conviction que nous sommes à la fois au coeur même de l'humanité, chez les très fragiles êtres vivants et au pays des merveilles, tout près, si près, une seconde (intense instant), d'un inaccessible paradis. On perçoit ici la tendre moelle et le résistant cristal, tous les jeux intermédaires qu'interprètent les corps sur le terrain de la nuance et de la subtilité. On sent ici l'âme de la matière humaine, sa séduisante dignité. On se plaît dans ces infimes et exquis effets, dans l'effleurement entre le précis et le légèrement fuyant, le trait et la ligne presque évanescente. Je vous suggère de regarder ces oeuvres en écoutant, par exemple, La Rêveuse et, un peu plus enlevé, de La Chaconne en rondeau de Marin Marais. Vous verrez, en alternant ces deux titres, sortir à la fois le feutré, le beau de l'intime, et le splendide des élans et de l'envol des évasements. Voici le lien qui vous la fera entendre :

http://www.youtube.com/watch?v=TpZYctXCBdY

http://www.youtube.com/watch?v=3j1Coekvbc0

On découvrira, en consultant le site de l'artiste, la réelle épaisseur d'une aventure photographique et graphique. J'en recommande instamment une nouvelle fois la visite : http://www.marcvonmartial.com/

De même, on prendra le temps de visiter l'immense et passionnant espace facebook de l'artiste allemand dont les volumineux albums sont réellement remarquables : https://www.facebook.com/marcvonmartial/photos

A1 VM.jpg      A3 VM.jpg

A4 VM.jpg      A5 VM.jpg

A8 VM.jpg      A9 VM.jpg

A10 VM.jpg      A11 VM.jpgA14 VM.jpg      A2 VM.jpg

A7 VM.jpg      A12 VM.jpg

A13 VM.jpg      A15 VM.jpg

A16 VM.jpg      A17 VM.jpg

A18 VM.jpg      A19 VM.jpg

A20 VM.jpg      A22 VM.jpg

A6 VM.jpg      A21 VM.jpg

07:40 Publié dans Marc von Martial | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.