21/08/2013

Dialogue Jean-Claude Sanchez - Denys-Louis Colaux (2/6)

LES ENCRES MODÈLES (2/6)

Photographies : Jean Claude Sanchez
lien : http://www.jeanclaudesanchez.com/fr/accueil.html
Poèmes : Denys-Louis Colaux
lien :http://denyslouiscolaux.skynetblogs.be/ - http://denys-louiscolaux3.skynetblogs.be/
 
ANGE & DANGER

A JCSanchez 3.jpg

Méfiez-vous défiez-vous
le monde est rouge
il est bleu noir & blanc
sous son œil clos
où défilent ensemble
le rêve et son revers
l'aile et le lien
la soie le papier à poncer
l'écharpe d'iris et l'écharde
Méfiez-vous et redoutez-vous
son chagrin est sincère
le grain de sa voix doublé de velours
et la pluie plus souvent
choisit son épi
le bonheur à sa gare
n'est jamais ponctuel
soustrayez-la du monde
et le monde est exsangue
il n'est plus qu'un morceau
sans mémoire du tout
qu'une paupière aveugle
Méfiez-vous tremblez tirez-vous
à son trot de licorne
la forêt tremble sur sa base
comme une foule émue
autour de la potence
Ne soyez pas indigne trop souvent
Sauvez la vie mangez de l'homme
 
QUÊTE D'UN APLOMB

A JCSanchez 4.jpg

Contre les guerres
les calumets éteints
les gisements de sang
les meurtres les coups bas
de l'épicerie trismégiste
contre les solutions
les statures providentielles
le règne de l'indignité
la fumée d'une humanité brûlée
contre les records de saloperie
contre l'infect le gluant de la race humaine
contre son calvaire enjoué
la bâtardise de ses dieux
contre le massacre des arbres
le carnage dans la forêt
contre
les succès de crucifixion
contre moi-même tout contre
pour équilibrer la marche du monde
je dépose un geste de femme
 
SI LA 

A JCSanchez 5.jpg

Si la mer existait
Si loin devant les images nous devançaient
Si le talon et le sabot
marchaient dans la même légende
Si tout au bout le ciel mouillait
dans son propre reflet 
 
MOONY SIDE OF THE STREET

A JCSanchez 6.jpg

Marcher selon elle
c'est charmer
c'est sidérer
c'est désirer charmer
c'est mettre la désinvolture
au pas
c'est contraindre la rue
à pencher tous ses murs
c'est réveiller dans le pavé
l'instinct assoupi du silex
c'est tendre la peau de l'asphalte
pour qu'y sonne le jazz
c'est être à la fenêtre de ses propres jambes
 
LE BEAU ET L'OMBRE

A JCSanchez 7.jpg

Le beau le sombre
la danse et l'ombre
ma Petite tu es
un livre au pays des incultes
un pas
sur le plancher des invalides
Le beau le sombre
la danse et l'ombre
ma Petite tu es
sur le désert un aqueduc
sur le silence
le long saxophone d'un cygne
Le beau le sombre
la danse et l'ombre
ma Petite tu es
la paupière sur le soleil
et sous la coquille de la lune
le vitellus
Le beau le sombre
la danse et l'ombre
 
L'IGNORANCE

A JCSanchez 10.jpg

C'est un rhinocéros converti au nougat
c'est la nuit transformée en marbre
c'est Dieu en plus beau en plus vrai en plus fragile
ça se feuillette comme un papier bible
ça sent l'encens l'encre de Baudelaire
ça sent la fougère et la faine
ça sent le pain et le chablis
ça sent le ciel et le poil félin du frisson 
l'aisselle de Marie pendant son assomption
ça tient entre deux doigts tout le soleil pincé
ça vole avec les enclumes et les coléoptères
c'est faux comme le sang le corbillard la lèpre
ça sent la glaise la glycine
et c'est le paradis escamotable
tout le désir escamoté 
 

(Anthée, deuxième volet d'une suite de six)

Les commentaires sont fermés.