23/12/2013

Andrée Sodenkamp - Choix de poèmes

Andrée Sodenkamp, extrait du recueil "C'était une nuit comme une autre"

JE FUS UN JARDIN DE FLORENCE

L'enfance.

On y voit une rue, deux églises,
une âme si petite que je ne peux plus l'attraper.

Puis vint l'adolescence.

Luxe inutile,
sang volatil comme celui des fleurs,
sourde inquiétude de gibier,
des petites mains pauvres
qui rêvent de saisir.

Mais à trente ans,

je fus un jardin de Florence,
du soleil à en mourir.
Sur ma poitrine un homme tombé d'ailleurs
pour toujours.

* * *

Mon corps, église où je me célébrais,
me portait si loin que Dieu devenait inutile.

Aujourd'hui exilée
de mes terres de femme
je préserve mes passés.

Quelque part a jailli
l'impulsion des pommiers.

(...) * * *

J'attends mon suaire de minuit,
mon velours d'heures noires,
ma désertion.

L'aube mentira une fois de plus
avec ses merles,
l'enfantllage des jonquilles.

Quel temps me faudra-t-il
pour tout savoir à nouveau
et casser du soleil sur moi
comme du bois mort ?

09:22 Publié dans Choix de poèmes | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.