07/01/2015

LCPP n°10 Charlie-Hebdo, Iryna Yermolova, Elena Bovo, Jacky Terrasson, Sarah Jane Morris, ...

a alain adam 1.jpg   a alain adam 1.jpg

n  u  m  é  r  o     1 0

Si je comprends quelque chose à des matières comme le désarroi, la détresse, l'effroi (etc.), je ne peux résolument pas comprendre les gens rassasiés, blasés, incurieux, je ne peux pas comprendre l'ennui, la dérive inerte, l'insensibilité à l'aimantation dynamique de l'art. L'insensibilité au désarroi des autres, à leur déveine, leur catastrophe, leur naufrage. 

M a n i f e s t o n s   n o t r e   é c o e u r e m e n t 

Le refus d'inhumer un nouveau-né rom victime d'une mort subite décrété par le maire de la commune française de Champlan est une décision qui m'écoeure, qui empeste la salauderie et la crapulerie. Cette décision infâme prise par un magistrat de la République inspire la honte. Nous ne pouvons pas nous habituer à cela. Ni nous voiler la face sur ce que cela induit. Cet événement est une tache indélébile sur notre présent. Ceci est le signe d'une pensée ignoble contre laquelle nous devons nous dresser de toutes nos forces. Nous ne pouvons supporter l'intolérable sans nous disqualifier nous-mêmes. 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/champlan-le-refu...

Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique. Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester.  MARTIN NIEMÖLLER

Mais je persiste à cueillir des merveilles dans le jardin du monde. Non par optimisme mais par appétit, par ce que, dans ce foutoir effarant, des fleurs étranges, des oiseaux singuliers, des gens remarquables continuent à croître, à nidifier, à semer des indices d'art. Voici les fruits de ma dernière récolte :

La magnifique voix de Sarah Jane Morris

a sarah.jpghttp://en.wikipedia.org/wiki/Sarah_Jane_Morris_%28singer%29

Quinze minutes en compagnie de la diva anglaise (Southhampton, 1959) :

https://www.youtube.com/watch?v=WrKdp4-dHxU&app=desktop
https://www.youtube.com/watch?v=x13lDf1p-c0

L'album Cello Songs - Sarah Jane Morris et Enrico Melozzi (arrangement et direction d'orchestre) - est une merveille :

https://www.youtube.com/watch?v=Xvl7pCrtIdg
https://www.youtube.com/watch?v=7xFQlsXyskE
https://www.youtube.com/watch?v=K7vgQ3AHR24

a sar.pngUne variation du très grand pianiste jazz Jacky Terrasson

Mon ami Eric Allard signale cette pièce. Je la recueille avec mille précautions, c'est une perle sublime. Terrasson est déjà dans mon orchestre idéal :http://denyslouiscolaux.skynetblogs.be/index-21.html

Ici, je transpire d'aise à l'écoute de cette magnifique, de cette époustouflante, de cette ahurissante reprise du Jardin d'hiver :

https://www.youtube.com/watch?v=DcsUAZjITKU

Je suis épaté par les couleurs du morceau, par sa fluidité et ses syncopes, sa soie sonore, ses subtilités et son électricité. Il y a décidément des bonheurs et des voluptés qu'on ne trouve que dans le jazz. 

La vénitienne Elena Bovo

La photographe et peintre Elena Bovo est déjà dans mon choix d'artistes.

http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/elena-bovo/

Je trouve d'elle cette oeuvre que je juge admirable (on sent ici qu'Elena est à la fois peintre et photographe) et que je souhaite partager avec le visiteur :

a bovo.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Iryna Yermolova

Voici une jeune peintre ukrainienne (établie en Angleterre depuis 2005) que je viens de découvrir. Quelques liens pour faire sa connaissance :

http://www.irynayermolova.com/
https://www.facebook.com/iryna.yermolova 
https://www.pinterest.com/margotegan/art-by-iryna-yermolo...

Je suis ici frappé par la sensibilité, la prestesse, l'élégance, une sorte d'alternance entre le plein et le vide, les belles petites accentuations dans des éléments plus suggérés que représentés, une fluidité charmante, la vigueur des couleurs, la façon de les aplatir et de les appliquer, les reliefs crées entre précis et imprécis, proche et distant, j'aime les effets de transparences, les gammes de rouges, mais plus généralement l'exploitation très originale de la couleur, la façon dont les éléments, les êtres semblent baigner agréablement dans la couleur. Mais j'aime surtout ces féminités délicates, ces présences féminines que la lumière frôle et éclabousse, ces grâces à quoi la lumière des lieux s'accordent comme le pollen aux fleurs ou le nénuphar à l'eau, ces êtres presque mimétiques que de très fins ourlets détachent et font vivre. Tout ceci palpite. Et tout est si bien assorti, chaque élément méticuleusement répandu dans le tout, que je songe à de merveilleux poèmes transcrits sur papier encre.

a iry 1.jpg

 

a iry 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

a iry 3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

a iry 4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

a iry 5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

a iry 6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 N O M    D E    D I E U   !

a char.jpg

a cab 1.jpg  a cab 2.JPG  a cab  charb.jpg  a cab.jpg

Je n'attends pas d'avoir digéré cette horrible actualité pour la commenter. Elle ne peut être digérée. Il ne faut jamais se résigner à l'insoutenable. Toutes ces vies, ces talents détruits, anéantis. Quelle honte, quelle douleur insupportable, quelle colère immense, quelle consternation, quelle abomination ! Une violence inouïe. 

Pauvres crétins en arme, porte-flingue de la misère intellectuelle, pitbulls d'un livre triché, trahi, renié, rats et petit personnel du fascisme religieux, vous êtes sans dieu, sans morale, sans conscience, nus, vides et sanglants : votre guerre est morte à toute spiritualité, à toute transcendance, vous êtes des bouchers immondes. Allah (ni personne) n'exige ceci de vous. Allah pleure et saigne de votre salauderie. Allah a honte de vous. Vous êtes indignes de lui. Et de Dieu et des athées, des hommes, de la culture, de la pensée et des consolantes vierges promises qui serrent déjà les genoux à l'idée de votre approche. Oui, vous êtes des hommes, des hommes perdus, ignares, dressés, formatés, radicalisés, infectés, enflés, gavés de rage, aveugles à vos semblables. Vous êtes des exécutants : vous chiez, dégueulez, flinguez là où et comme l'on vous dit de faire. Vous êtes la caricature grotesque, offensante, outrageante, blasphématoire de Mahomet.

Nous, notre dignité est aussi dans le rire, dans l'acide brûlant de l'ironie, dans l'insoumission, la résistance, le goût de la liberté. Ce sont les insolents, les réfractaires, les anars, les audacieux, les inflexibles, les alliés du rire, les bouffons talentueux, les surdoués de l'arrogance que l'on vous a désignés et vous les avez pris pour cible. Vous avez fusillé à bout portant des gens assis, un feutre, une feuille de papier ou un stylographe à la main. On ne peut mieux culminer dans la lâcheté ignoble. Vous êtes des recordmans du monde de la lâcheté. Vous n'avez pas pu commettre ces actes infâmes au nom de qui ou de quoi que ce soit de grand. A l'altitude audacieuse, vertigineuse de l'humour, du rire libératoire, du rire protestataire, vous avez répondu par la bassesse, la kalachnikov, le dépeçage.

Et nous sommes affligés, consternés, abrutis de tristesse devant ces dépouilles terribles.  

Les commentaires sont fermés.