19/04/2015

Revoir Mr. Fraize

M r.   F r a i z e

au festival de l'humour à Bierges ce 18 avril 2015

DSC00564.JPG

DSC00563.JPGPour Marielle, Dominique, Nelly et Louise

Nous l'avions vu en mai au Coeck's à Bruxelles, dans un version cabaret. Une grande joie. Nous le retrouvons en salle, un an plus tard, au festival du rire de Bierges, le 18 avril. Il est à son meilleur. Plus affûté que jamais. Plus formidablement absent, contraint de monter sur scène pour subsister. Oui, c'est vraiment contre son gré qu'il paraît. La scène, il n'aime pas ça. Sa vraie passion, ce sont les fringues. A l'en croire. Il est sur scène de deux minutes que la salle est conquise, hilare, secouée. La magie prend. Toujours aussi peu enclin à la parole, Mr. Fraize règne littéralement sur l'espace scénique avec la composition exemplaire d'un personnage sans talent, candide, terriblement intimidé et soucieux d'en finir avec ce rassemblement de gros Belges un peu vieux qui lui font face (selon lui, le Belge moyen fait 90 kilos). Oui, le miracle opère : cent vingt secondes, moins, et l'assemblée biche, applaudit, tressaute. Car oui, avec l'argument d'un très médiocre artiste, d'un nigaud exemplaire et parfois offensif obligé de faire son numéro, partant du presque mutisme bégayant pour aboutir à la presque DSC00551.JPGprouesse athlétique via les vacheries les plus inattendues, Mr. Fraize cartonne, il ne laisse pas une seconde de répit à la salle, il s'impose, il triomphe. La mécanique est rodée, sans faiblesse, imparable. La candeur est un masque idéal pour débiter les pires monstruosités. Mr. Fraize ne s'en prive pas. Les allusions assassines, les gifles et les taquets pleuvent. Il nous fait même sentir que pour honorer son contrat, pour tenir la distance qui lui est impartie,il étire insupportablement, irrésistiblement, son dernier sketch tout en lorgnant la montre d'un spectateur du premier rang. Ce genre-là, le genre qu'il a savamment mis au point, - comment faire briller, étinceler, détoner et retentir un zéro -, est unique. Avec une minutie d'une intelligence rare et d'une efficacité confondante, avec une précision chirurgicale, il met l'audience à son pas, au rythme de son personnage confus, illogique, agressif, ingénu, un peu poire et incontrôlé. Mais les vrais dupes sont dans l'audience, heureux d'y être, au demeurant, heureux d'être ainsi joués, immédiatement complices, sujets à un incessant et retentissant enthousiasme C'est le pari de l'artiste : révéler un talent exceptionnel, nouveau, inventif, dévastateur à partir d'un personnage formidablement benêt. Mettre en oeuvre, sous l'attribut du glorieux gogo coincé, toute une série d'armes discrètes, impertinentes, énormes, caricaturales, féroces, innocentes qui font mouche à tous les coups. Après environ quatre-vingt minutes de spectacle, à l'instant précis où Mr. Fraize fait comprendre, soulagé, qu'il en a fini, la salle d'un bond unanime se lève, hurle, remercie. Le tour de force est accompli, il soulève la foule. C'est justice, le spectacle qui vient d'être joué était excellent. 

DSC00567.JPG

09:35 Publié dans Mr. Fraize | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.