15/10/2016

Les Chroniques du Poisson Pilote n°30 - Mireille Bonard - Patrick Dupretz

chroniques du poisson pilote.JPG

n u m é r o    3 0

Pour le trentième numéro de mes chroniques, je propose au lecteur et au visiteur une sélection de deux artistes jamais encore parus à l'enseigne du Poisson Pilote. Deux enchantements distincts mais décisifs, deux manières personnelles de rendre compte du monde, de soi et des autres à travers la peinture. Je vous les présente dans l'ordre de mes découvertes.

M i r e i l l e   B o n a r d

http://www.bonemir.net/ 

a mi 1.jpgSur l'espace de l'artiste, on découvre cette présentation : Mireille Bonard est née en 1952 à Nevers dans le département de la Nièvre. Elle fut remarquée à 4 ans à l’école maternelle St François de la rue Auguste Comte (Lyon) pour son imagination et son sens de la couleur… (voir l’article en Une du Progrès et un reportage d’FR3 Rhône-Alpes – 1957). Après une enfance solitaire et studieuse, pendant laquelle elle ne pense qu’à peindre et dessiner, elle entame des études d’art après le bac, malgré la volonté parentale : « rentrer rapidement dans la vie active ». Diplômée de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts. Après une rentrée à Censier (Paris) en Arts Plastiques, où l’atmosphère d’après 68 n’était pas très centrée sur le travail, elle descend sur Bourges avec l’intention de faire peinture et rentre à l’ENBA (Ecole Nationale des Beaux-Arts) de cette ville. Mais ses choix liés à ses rencontres la recentre  sur la Céramique (professeurs Jean & Jacqueline LERAT, Yves MOHY) après 2 années de Tronc Commun. Tour de France des Techniques céramiques, installations de plusieurs ateliers,  elle est admise sur équivalence à l’ENBA de Lyon – département : Art – option : Sculpture (enseignants Yvan AVOSCAN et Alain LOVATO). 1984 Lauréate Prix Charles Dufreine. DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) en 1987. La Couleur n’est jamais très éloignée de ses diverses pratiques : sculptures peintes ou colorées dans la masse, céramiques décorées, recherches d’émaux, peinture chaude et dense.

J'ai aimé ici - avec la puissance expressive du trait, avec une association dynamique de fluidité et de force, avec l'art étrange et convaincant d'assembler, d'agglomérer les masses tout en les faisant vivre, tourner, battre comme un pouls, avec le dynamisme singulier des couleurs, l'hypnose des bleus - la rencontre du féroce et du tendre, l'intensification, l'accentuation, parfois la déformation insistante de la présence.  Et ce bleu hallucinant. Je suis sensible à cette sorte de virtuosité brutale. Il faudra que, plus tard, je m'ouvre aux autres aspects de l'oeuvre : sculpture, céramique. 

a mi 2.jpg

a mi 3.jpg     a mi 6.jpg  

a mi 7.jpg     a mi 13.jpg

a mi 4.jpg     a mi 5.jpg

a mi 8.jpg

a mi 9.jpg

a mi 10.jpg

a mi 11.jpg

a mi 12.jpg     a mi 14.jpg

a mi 16.jpg     a mi 17.jpg

a mi 18.jpg

a mi 19.jpg

P a t r i c k   D u p r e t z

http://www.patrick-dupretz.fr/

a du autoportrait.jpgPatrick Dupretz est un peintre, sculpteur et céramiste français né en 1951 à Roubaix. Entre 1965 et 1965 il étudie à l'Ecole d'Art appliqué Saint-Luc de Tournai, en Belgique. En 1969 et 1970, il fréquente l'Université d'Histoire de l'Art de Lille et Glasgow et part ensuite en voyage sur les traces des maîtres anciens. L'oeuvre est d'une richesse et d'une abondance sidérante. Il faudra du temps pour l'apprivoiser et en faire le tour. Je vais en rendre compte à ma façon, à l'écart de la chronologie, dans l'ordre même de mes découvertes et de mes exaltations. Dupretz est une mémoire de la peinture. Son savoir (c'est pratiquement un savoir amoureux, avide et gourmet) s'étend à peu près de la peinture rupestre aux aventures de l'art contemporain. Son art est le produit magistral, varié, savoureux d'emmêlements inédits et d'inventions faramineuses. Là-dedans, il conjoint et brasse de l'histoire, de l'espace, du temps, des légendes des quatre coins du monde, des esprits, de la terre, des huiles, des secrets chamaniques, des indices étrusques, mayas, aztèques, des mythes, des techniques, des sorcelleries, un amour immodéré des cultures que le progrès a odieusement foulées. Son art (qu'il montre des corps nus, des indiens méditatifs, une maternité noire, les curieux visages inspirés des portraits du Fayoum, des refontes de la Grèce antique, un élément cubiste, un autre un peu surréaliste, Paris, des bustes, une volée d'écoles et de mouvements picturaux, le sublime Keaton, des contes étranges, le Mexique, des animaux bondissants) quête et trouve la dignité d'une âme humaine universelle, curieuse de l'univers, de l'ailleurs et de l'ici, du maintenant et du jadis, la noblesse d'une âme poétique savante, enchantée et désireuse d'enlacer le monde. Le voyage artistique de Dupretz est une aventure considérable et formidablement exaltante. Ici, je vais de ravissements en ravissements. Et jusque dans cette histoire de la couleur que nous propose Dupretz jusqu'à l'avènement d’œuvres incendiées. Il vous appartient désormais de vous rendre dans l'espace de l'artiste, d'y découvrir le lent bâtiment de l'oeuvre et d'en contempler les nombreuses merveilles. Je vous invite à ce pèlerinage somptueux qui va, pour tenter une analogie, du silex à l'opéra de Sydney en passant par la Sagrada Familia de Gaudi. 

a du 1.jpg     a du 2.jpg

a du 5.jpg     a du 6.jpg

a du 7.jpg     a du 8.jpg

a du 10.jpg     a du 11.jpg

a du 12.jpg     a du 13.jpg

a du 14.jpg

a 9.jpg

a du 15.jpg     a du 16.jpg

a du 19.jpg     a du 17.jpg

a du 20.jpg     a du 23.jpg

a du 25.jpg     a du 31.jpg

a du 21.jpg     a du 22.jpg

a du 26.jpg     a du 28.jpg

a du 32.jpg     a du 33.jpg

a du 34.jpg

a du 35.jpg     a du 36.jpg

a du 37.jpg     a du 38.jpg

a du 39.jpg     a du a.jpg

a du b.jpg     a du c.jpg

a du d.jpg     a du f.jpg     a du i.jpg

a du e.jpg     a du j.jpg

a du g.jpg     a du k.jpg

a du l.jpg     a du m.jpg

a du n.jpg

a du o.jpg     a du p.jpg

a du q.jpg     a du r.jpg

a du s.jpg

a du t.jpg

a du u.jpg     a du v.jpg

a du w.jpg     a du x.jpg 

a du y.jpg

Les commentaires sont fermés.