19/11/2016

Laurence Burvenich à la Galerie L'Impression

Laurence Burvenich à la Galerie L'Impression à Dinant

19 Novembre - 18 décembre 2016

a lauloµ.jpgBon, moi, je n'ai pas assisté au vernissage, vendredi. C'était bondé. J'ai horreur de ça. Les gens bavards, exaltés, démonstratifs, les rince-gosier acides, le guindé local, le caquetage provincial. Pitié. J'ai été, je crois - puisque les amateurs d'art pullulaient - inspiré de m'abstenir. Je suis venu le lendemain. Paix entre les cimaises. J'ai eu tout le temps pour m'attarder devant les œuvres, pour les dévisager, pour penser et parler avec elles. Je les aimais déjà : l'artiste, qui est mon amie personnelle, me tenait informé de ses travaux réunionnais. Car oui, les œuvres exposées  sont le fruit d'un séjour d'un an à l'île de la Réunion, sur l'Océan Indien. Je recevais, de courrier en courrier et tout au long de l'année, des esquisses, des images, des photographies des œuvres en cours. Déjà, ça fleurait bon une sorte d'harmonie, un enthousiasme sensible et ému, ça embaumait le bonheur épaté, la complicité. Dans tout ça, Laurence délaie toujours cette humanité riche et frémissante qui la caractérise. Là, dans la galerie L'Impression, les tableaux, les gravures réunionnais sont physiquement devant moi, ils respirent la santé, le talent original, le bonheur de peindre, de regarder, de graver, de saisir, de rendre grâce, de transmettre des émotions, des impressions. Les frissons du Grand Voyage sont là, délectables. La flamme est là. Les huiles sont superbes. Le monde que l'artiste ramène avec elle, les gens, l'étincelle des êtres, des mues d'âmes. Le festival liquide des marines sauvages, la luxuriance de formes enchevêtrées et de couleurs des forêts, l'exubérance végétale, tout est là, transmis, personnel. L'alchimie. Ce par quoi l'artiste existe. Ce que l'exposition dit aussi, et notamment avec le fabuleux album des gravures (une authentique merveille), c'est la vaillance de l'artiste, son hallucinant volume de travail, la bosseuse impénitente, archarnée qu'elle est et le caractère singulier, signé qu'elle confère à tout ce qu'elle approche.Ces gravures rendent quelque chose de la poésie réunionnaise, de son charme, de sa spiritualité. Au cours d'une prochaine manifestation en janvier à l'Atelier du Vent d'Est (musique, chanson, lecture et gravure), les gravures de l'artiste feront l'objet d'une exposition et d'une célébration. Je communiquerai sous peu à propos de cet événement culturel. De même, je consacrerai sous peu, abondamment illustré, un article consacré aux gravures de l'artiste.  

Micheline Stefens, la céramiste, partage l'exposition avec sa fille. Elle donne à voir des œuvres conçues en raku et obwara firing (céramique au levain). J'ai aimé les trios de boules et plateau, leurs beaux et très plastiques assemblages et la magnifique série des toupies. 

S'il est une chose à voir dans Dinant, c'est cette exposition. 

a lb 1.JPGDSCF8724.JPG     DSCF8728.JPG

DSCF8729.JPG     DSCF8730.JPG     DSCF8731.JPG     DSCF8754.JPG

a lb 2.jpg

DSCF8732.JPG     DSCF8733.JPG

DSCF8734.JPG     DSCF8740.JPG

DSCF8738.JPG

DSCF8739.JPG

Laurence  Burvenich en son royaume

a lb 3.jpg

DSCF8742.JPG     DSCF8747.JPG

DSCF8755.JPG     DSCF8756.JPG

DSCF8758.JPG    DSCF8760.JPG

a lb 4.jpg

DSCF8757.JPG

Détails

DSCF8775.JPG     DSCF8776.JPG

DSCF8778.JPG

DSCF8781.JPG     DSCF8782.JPG     DSCF8785.JPG

DSCF8790.JPG     DSCF8792.JPG

DSCF8786.JPG     DSCF8787.JPG     DSCF8788.JPG

DSCF8794.JPG     DSCF8796.JPG

Des images signées Laurence autour de la présentation de  l'expo

a lb a.jpg

a lb b.jpg

a lb c.jpga lb d.jpg

20:10 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.