05/04/2013

Charles BAUDELAIRE

A une passante

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,       
Une femme passa, d'une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son œil, ciel livide où germe l'ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?

Ailleurs, bien loin d'ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais !

Charles BAUDELAIRE

22:18 Publié dans Choix de poèmes | Lien permanent |  Facebook |

Guillaume APOLLINAIRE

Marie

Vous y dansiez petite fille 
Y danserez-vous mère-grand 
C'est la maclotte qui sautille 
Toute les cloches sonneront 
Quand donc reviendrez-vous Marie 

Les masques sont silencieux 
Et la musique est si lointaine 
Qu'elle semble venir des cieux 
Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine 
Et mon mal est délicieux 

Les brebis s'en vont dans la neige 
Flocons de laine et ceux d'argent 
Des soldats passent et que n'ai-je 
Un cœur à moi ce cœur changeant 
Changeant et puis encor que sais-je 

Sais-je où s'en iront tes cheveux 
Crépus comme mer qui moutonne 
Sais-je où s'en iront tes cheveux 
Et tes mains feuilles de l'automne 
Que jonchent aussi nos aveux 

Je passais au bord de la Seine 
Un livre ancien sous le bras 
Le fleuve est pareil à ma peine 
Il s'écoule et ne tarit pas 
Quand donc finira la semaine

Guillaume APOLLINAIRE 

22:13 Publié dans Choix de poèmes | Lien permanent |  Facebook |

Pierre REVERDY

Le Bruit Des Vagues

Tous les flots des marines du mur pourraient se déverser dans les assiettes, avec la céruse écumante des vagues.

Le fond resterait toujours bleu, derrière le soleil trop éclatant du cadre.

Dans la maison, assez calme pour un pareil temps, chacun se retourna pour savoir d'où venait ce bruit, ce mouvement.

Car personne n'était dans le secret, que celui dont l'œil inquiet ne quittait plus le carré blanc de la fenêtre,

et, dans les rideaux soulevés par sa poitrine émue, celui qui n'était venu là que pour voir et ne pas être vu.

Pierre REVERDY in Etoiles Éteintes, 1921

21:55 Publié dans Choix de poèmes | Lien permanent |  Facebook |