20/10/2013

14-18 dans le regard de Dix et Grosz - Les œuvres de Rops

NAMUR – 21.09.13 – 05.01.13

Musée Félicien Rops

Maison de la Culture

DIX-GROSZ-Braeckman

IMG_3114.JPG   IMG_3115.JPG   IMG_3116.JPG

L’APOCALYPSE DÉVISAGÉE

En force, à l’arraché, dans une veine noire et tranchante, impitoyable, dans une odeur de poudre, de boue, de bordel et de chair déchirée, Dix et Grosz, avec d’implacables suites de gravures, nous disent les affres de la grande et effroyable guerre et les saisons d’injustice, de déprime, d’exploitation et de misère qui la précèdent. Ils nous font descendre dans les boyaux, les artères et les tranchées de l’abomination. Ils nous font voir l’homme sacrifié, dépiauté, éviscéré sur les étals de la boucherie mondiale. C’est le dégoût de la guerre, la révélation de son insoutenable horreur et un pacifisme forcené qui animent ces œuvres indispensables. Au travers de la vision de ces deux artistes considérables, la mémoire de 14-18 prendra un véritable tour pédagogique.

 IMG_3123.JPG    IMG_3124.JPG    IMG_3125.JPG    IMG_3126.JPG

OTTO DIX

IMG_3121.JPGOtto Dix (1891-1969) est un peintre allemand expressionniste, antimilitariste profondément marqué par les deux guerres mondiales auxquelles il a participé. Otto Dix fut une figure centrale du courant artistique de la Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkeit ou Verismus) qui s’attacha à porter un regard réaliste, souvent acerbe, sur la société de l’entre-deux-guerres en proie à un profond malaise et pessimisme : les aspects les plus banals mais aussi les plus crus de la vie urbaine sont traités dans une tradition picturale classique incorporant les innovations formelles des avant-gardes. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l'Allemagne connut une ère de créativité artistique inégalée en Europe. Cette période de festivités joyeuses et débridées, celle des Années folles, fut aussi marquée par la violence, la pauvreté et la décadence générées par une situation politique et économique désastreuse dont Otto Dix fut témoin. Les œuvres de l'artiste illustrent l'horreur des combats, les gueules cassées d'anciens soldats réduits à la mendicité et la misère morale des prostituées, victimes d'un ordre social déboussolé. C’est suite à cette terrible expérience qu’il peint en 1924 le fameux triptyque La Guerre. Quant à ses saisissants portraits d'inconnus, de la bohème et de l'intelligentsia, ils sont d'un réalisme brutal qui dérange autant qu'il fascine (voir notamment " Portrait de Sylvia von Harden "). En 1937, ses œuvres sont dites « dégénérées » par les nazis. 170 d'entre elles sont retirées des musées et une partie est brulée, d'autres sont exposées lors de l'exposition nazie « art dégénéré » (Entartete Kunst) de Munich en 1937-38. Après-guerre, de 1947 à 1966, Otto Dix se rend régulièrement à Dresde (alors en RDA) pour y travailler. De la fin de la seconde guerre mondiale et jusqu'à sa mort, Dix s'éloigne des nouveaux courants artistiques ouest- et est-allemands. En reconnaissance de sa carrière, il reçoit d'importantes distinctions (la Große Bundesverdienstkreuz en 1959, le prix Hans-Thoma et le prix Martin Andersen Nexö en 1967, le prix Rembrandt de la Fondation Goethe de Salzbourg en 1968).

(Prélevé in http://fiches.lexpress.fr/personnalite/otto-dix_474435/bi...)

a dix a.jpg

a dix b.jpg

a dix 2.jpg      a dix.jpg

IMG_3129.JPG      IMG_3131.JPG

GEORGE GROSZ

Après une formation artistique à Dresde puis Berlin, George Grosz est enrôlé dans l’armée allemande en 1914, avant d’être réformé en 1917. Membre du parti communiste, sa position antimilitariste et son engagement politique lui valent des déboires avec la justice, et certains de ses portfolios sont censurés. Membre actif du mouvement dada, ses oeuvres utilisent l’exagération caricaturale pour dénoncer les travers de la société de son temps. Il fuit le régime nazi et quitte l’Allemagne en 1932, pour s’installer à New York. Devenu citoyen américain en 1937, il ne revient en Allemagne qu’en 1959, où il meurt quelques mois après.

(Pour la bio et toutes les infos relatives à l’exposition :

 

http://www.province.namur.be/Internet/sections/culture/ev...)

IMG_3165.JPG

IMG_3136.JPG IMG_3137.JPG IMG_3138.JPG IMG_3146.JPG IMG_3147.JPG

IMG_3148.JPG  IMG_3153.JPG  IMG_3156.JPG

IMG_3158.JPG IMG_3159.JPG IMG_3163.JPG

IMG_3161.JPG     IMG_3162.JPG

DIRK BRAECKMAN

À travers une série de photographies inédites, Dirk Braeckman, l’un de nos photographes belges les plus talentueux, donne une résonnance actuelle à la Grande Guerre. à l’occasion des commémorations de la guerre 14-18 et en regard du portfolio d’Otto Dix, il a choisi de montrer, pour la première fois, un travail exceptionnel réalisé dans les années 70 et resté dans les tiroirs depuis lors. Il s’agit de tirages d’anciens négatifs réalisés par un photographe méconnu, probablement un soldat, dans les tranchées. Avec cet hommage aux photographes anonymes, Dirk Braeckman conjugue à la fois la force du témoignage et son regard d’artiste contemporain. On retrouve l’approche picturale singulière de celui qui a toujours déclaré travailler comme un peintre en utilisant les outils du photographe. Cette exposition offre un fascinant contrepoint aux gravures d’Otto Dix. 

IMG_3132.JPG      IMG_3133.JPG

FÉLICIEN ROPS

Comme nous étions sur place, nous en avons profité pour renouer avec les merveilles ropsiennes. Gravures, dessins, dessins de mode, peintures, planches d'essai, les merveilles abondent entre la composition satyrique, l'imagerie païenne et volontiers iconoclaste, la quête souvent couronnée de succès de la représentation de la beauté, l'audace, la licence, l'image poétique, le fabuleux travail sur les couleurs et la lumière, l'illustration des grands poètes (Baudelaire, Verlaine, Mallarmé). Entre l'anecdote et le chef-d'oeuvre, le génie namurois révèle les richesses de son univers créatif libre et dégourdi. Tout m'a paru intact : la grâce, les relents de soufre, la beauté des icônes. Un excellent moment.

a rops 1.jpg     a rops 2.jpg     a rops 3.jpg

a rops 4.jpg    a rops 6.jpg     a rops 7.jpg

a rops 8.jpg     a rops b.jpg     a rops c.jpg

a rops 5.jpg      a rops a.jpg

11:29 Publié dans Dix & Grosz & Rops | Lien permanent |  Facebook |