24/03/2014

Jules De Bruycker

J u l e s    D e    B r u y c k e r

L ' e x c e l l e n c e

Voici encore un génie belge, un artiste artisan, un homme de la maîtrise et du talent. Avec Félicien Rops, Armand Rassenfosse ou James Ensor, De Bruycker est une des figures de proue de la gravure belge. Il est aussi illustrateur, dessinateur, peintre. Homme centré sur son propre univers, son quartier, son église (l'église Saint-Nicolas, à Gand, édifice issu de l'Escaut gothique, 13ème siècle), il bâtit à partir de ce microcosme une oeuvre superbe, de portée universelle. Disons cependant qu'il a voyagé et que son oeuvre l'atteste. Né à Gand en 1870, il y meurt en 1945. Issu de l'Académie de Gand, il était professeur à l'Institut des Beaux-Arts d'Anvers. Il a partagé un temps un atelier avec l'excellent peintre Charles-René Callewaert (1893-1936). Durant la grande guerre, De Bruycker est à Londres où ses travaux sur la guerre lui valent la notoriété. Il a notamment été l'illustrateur de En ville morte, le roman poétique illustré de Franz Helens ou de La Légende de l'Ulenspiegel de Charles De Coster. Il était membre de l'Académie royale de Belgique. Sa veine est d'une grande puissance expressive. Ses gravures sur la vie (et la mort) dans les tranchées sont implacables. Elles rendent sensible et perceptible l'horreur de cette boucherie. Il excelle à représenter les architectures complexes et majestueuses, des lumières d'un raffinement sublime et la vie des humbles, les gens ordinaires, la misère, les scènes de la vie folklorique. Sa virtuosité méticuleuse est étourdissante. Une dimension fantastique habite parfois son oeuvre.

Je traduis ici un extrait d'une parution américaine. A catalogue of etchings and drawings by Jules De Bruycker of Ghent publié par l'Art Institue of Chicago, octobre-novembre 1922, sous la plume de W.McC.McK. Jules De Brucker a cette faculté d'intéresser. Ses images de la vie grouillante de la rue, du marché, de l'église captent tellement notre attention que les moyens par lesquels il opère n'entrent pas en ligne de compte. Une imagination fertile à l'extrême jette sur ces scènes familières des villes du temps jadis un voile fantastique, mais un voile d'une coupe très flamande. Ces foules se précipitant nous rappellent Callot et Brueghel vous vient aussi à l'esprit mais il y a un petit supplément, un convaincant et impressionnant sens du mystère, l'impression de quelque chose d'à la fois imminent et troublant.

Références et espaces à consulter pour une bonne appréhension de l'oeuvre

http://www.julesdebruycker.be/
http://www.dbnl.org/tekst/_low001199601_01/_low001199601_...
https://www.facebook.com/pages/Jules-de-Bruycker/13862175...
http://nl.wikipedia.org/wiki/Jules_De_Bruycker
http://www.jules-de-bruycker.de/l_oeuvre_grave_de_jules_d...
http://www.artic.edu/sites/default/files/libraries/pubs/1...

Sources iconographiques :

https://www.facebook.com/pages/Jules-de-Bruycker/13862175...
http://www.jules-de-bruycker.de/l_oeuvre_grave_de_jules_d...
 

a aju 1 tranchée.jpg

La Tranchée

a aju 3.jpg

La Mort sur la Flandre (1916)

a aju 2.jpg

Le Paradis - Théâtre

a aju 4 Jacob Alijn.jpg

Jacob Alijn

a aju 5.jpg

La Tricoteuse

a aju autoportrait.jpg

Autoportrait

a aju calèche.jpg

a aju cathédrale amiens.jpg

Cathédrale d'Amiens

a aju cathédrale anvers.jpg

Cathédrale d'Anvers

a aju cathédrale de bourges.jpg

Cathédrale de Bourges

a aju couleur.jpg

a aju dessin encre.jpg

Dessin à l'encre

a aju drag.jpg

a aju eau.jpg

a aju en ville morte avec hellens.jpg

Une illustration d'En ville morte avec Franz Hellens

a aju femme allongée.jpg

a aju fleurs du vice.jpg

Les Fleurs du vice

a aju nu seins.jpg

a aju nu.jpg

a aju oeuvre superbe.jpg

a aju pont-neuf paris.jpg

Pont-Neuf, Paris

a aju rue.jpg

a aju ville foule.jpg

a aju ville.jpg