21/11/2016

Les gravures de Laurence Burvenich

Les gravures de Laurence Burvenich

Des gravures qui seront exposées le samedi 7 janvier à partir de 18.30 à l'Atelier du Vent d'Est à Dinant, Bouvignes, dans le cadre d'un bel événement culturel.

http://denyslouiscolaux.skynetblogs.be/archive/2016/11/20...

a lolob 1.jpg

a lolob 11.jpgOn le sait, Laurence Burvenich est une artiste peintre importante et qui est dans cet espace pratiquement chez elle. Mais aujourd'hui, nous allons nous intéresser à ses gravures. Cette artiste nomade (qui peut aussi poser en sirène sur le bord des plages) a vécu un an (entre 2015 et 2016) à l"île de la Réunion. Elle a peint, elle a sculpté et,  pour ce qui nous intéresse à présent, elle a gravé. Elle est marquée du signe des grands : tout ce qu'elle touche finit par lui ressembler. Et la gravure telle qu'elle la propose, telle qu'elle l'a patiemment apprivoisée, possède cette qualité d'humanité, de frisson, d'intelligence, de sensibilité qui caractérise son oeuvre. Derrière cela, derrière cette évidence graphique qui nous transporte, nous émeut, nous enchante, nous étonne, il y a une bosseuse impénitente, une femme qui cent fois sur le métier remet la chose, s'acharne, transpire, s'épuise, y revient, cherche la justesse du geste et du trait, griffe, expérimente, incorpore une nouvelle technique à la globalité de sa geste. Et la gravure, au prix d'efforts insenss et d'un acharnement  que seule la passion soutient, entre dans la composition de son oeuvre, dans sa représentation singulière du monde. Le geste, longtemps répété, formé, corrigé, affûté, acquiert une liberté d'expression, cette liberté même, savante, exigeante, qui fonde l'art de Laurence. Le geste entre dans la vision. Il l'épouse. Et la vision rend la masse, la matière, la lumière, la densité, la présence de l'être imprégnée de l'atmosphère des lieux. Et la gravure devient une langue courante, élégante, possédée, littéraire dans le langage fastueux de Laurence. La cohérence est assurée à tous les niveaux de la production. Chef d'orchestre face à tous ses instruments, Laurence fait concerter toutes ses techniques. Elle cherche à l'intérieur de chacune son plus haut niveau d'excellence. Et dans ce niveau atteint, son grain est visible, perceptible. Il est reconnaissable.
Ceci, toujours, me conduit à la distinguer : avec elle, - même si sa cordialité, son orgueilleuse humilité, sa disponibilité constante font paravent - avec elle, écris-je, nous sommes dans la compagnie d'un artiste magistral, un maître. Des gravures, elle en rapporte d'entiers convois. Je prélève ici quelques œuvres et c'est un honneur pour moi de les présenter en avant-première à mes lecteurs et visiteurs. Dans le filigrane de ces gravures, - en éprouvant un bonheur épaté, entier, bleu et bienfaisant - je perçois une combinaison d'âmes : celle de l'artiste et celles recueillies là-bas, une combinaison de rythme : celui de Laurence et celui qui borde l'Océan Indien, une combinaison heureuse d'humanités : la riche humanité de mon amie et ces humanités chaleureuses qu'elle suscite, qu'elle recueille et qu'elle fixe. Je vois un superbe coin du monde avec ses splendeurs, ses singularités, ses plaies, ses atmosphères traduit par mon amie dans une langue qui n’appartient qu'à elle et qui est compréhensible partout. Je vois, né de cette pointe sèche habile, apparaître le monde selon Burvenich. Cette pointe sèche comme le sismographe branché à même son cœur et son esprit. Et ce monde artificiel, conçu avec le secours de l'art et une fécondation singulière, il m'agrée, je le reçois dans l'enchantement. Généreuse, enthousiaste, méticuleuse, perfectionniste, exigeante, accessible, inspirée, passionnée, Laurence est un être de talent, dans la dignité, la noblesse que je prête à ce mot.

a lolob 2.jpg

a lolob 3.jpg

a lolob 4.jpg

a lolob 5.jpg

a lolob 6.jpg

a lolob 7.jpg

a lolob 8.jpg

a lolob 9.jpg

a lolob 24.jpg

a lolob 25.jpg

a lolob 26.jpg

a lolob 27.jpg

a lolob 28.jpg

a lolob 29.jpg

a lololo a.jpg

a bubu 1.jpg

Deux superbes nouveautés du 14 janvier 2017

a lolog 1.jpg

a lolog 2.jpg

12:35 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

19/11/2016

Laurence Burvenich à la Galerie L'Impression

Laurence Burvenich à la Galerie L'Impression à Dinant

19 Novembre - 18 décembre 2016

a lauloµ.jpgBon, moi, je n'ai pas assisté au vernissage, vendredi. C'était bondé. J'ai horreur de ça. Les gens bavards, exaltés, démonstratifs, les rince-gosier acides, le guindé local, le caquetage provincial. Pitié. J'ai été, je crois - puisque les amateurs d'art pullulaient - inspiré de m'abstenir. Je suis venu le lendemain. Paix entre les cimaises. J'ai eu tout le temps pour m'attarder devant les œuvres, pour les dévisager, pour penser et parler avec elles. Je les aimais déjà : l'artiste, qui est mon amie personnelle, me tenait informé de ses travaux réunionnais. Car oui, les œuvres exposées  sont le fruit d'un séjour d'un an à l'île de la Réunion, sur l'Océan Indien. Je recevais, de courrier en courrier et tout au long de l'année, des esquisses, des images, des photographies des œuvres en cours. Déjà, ça fleurait bon une sorte d'harmonie, un enthousiasme sensible et ému, ça embaumait le bonheur épaté, la complicité. Dans tout ça, Laurence délaie toujours cette humanité riche et frémissante qui la caractérise. Là, dans la galerie L'Impression, les tableaux, les gravures réunionnais sont physiquement devant moi, ils respirent la santé, le talent original, le bonheur de peindre, de regarder, de graver, de saisir, de rendre grâce, de transmettre des émotions, des impressions. Les frissons du Grand Voyage sont là, délectables. La flamme est là. Les huiles sont superbes. Le monde que l'artiste ramène avec elle, les gens, l'étincelle des êtres, des mues d'âmes. Le festival liquide des marines sauvages, la luxuriance de formes enchevêtrées et de couleurs des forêts, l'exubérance végétale, tout est là, transmis, personnel. L'alchimie. Ce par quoi l'artiste existe. Ce que l'exposition dit aussi, et notamment avec le fabuleux album des gravures (une authentique merveille), c'est la vaillance de l'artiste, son hallucinant volume de travail, la bosseuse impénitente, archarnée qu'elle est et le caractère singulier, signé qu'elle confère à tout ce qu'elle approche.Ces gravures rendent quelque chose de la poésie réunionnaise, de son charme, de sa spiritualité. Au cours d'une prochaine manifestation en janvier à l'Atelier du Vent d'Est (musique, chanson, lecture et gravure), les gravures de l'artiste feront l'objet d'une exposition et d'une célébration. Je communiquerai sous peu à propos de cet événement culturel. De même, je consacrerai sous peu, abondamment illustré, un article consacré aux gravures de l'artiste.  

Micheline Stefens, la céramiste, partage l'exposition avec sa fille. Elle donne à voir des œuvres conçues en raku et obwara firing (céramique au levain). J'ai aimé les trios de boules et plateau, leurs beaux et très plastiques assemblages et la magnifique série des toupies. 

S'il est une chose à voir dans Dinant, c'est cette exposition. 

a lb 1.JPGDSCF8724.JPG     DSCF8728.JPG

DSCF8729.JPG     DSCF8730.JPG     DSCF8731.JPG     DSCF8754.JPG

a lb 2.jpg

DSCF8732.JPG     DSCF8733.JPG

DSCF8734.JPG     DSCF8740.JPG

DSCF8738.JPG

DSCF8739.JPG

Laurence  Burvenich en son royaume

a lb 3.jpg

DSCF8742.JPG     DSCF8747.JPG

DSCF8755.JPG     DSCF8756.JPG

DSCF8758.JPG    DSCF8760.JPG

a lb 4.jpg

DSCF8757.JPG

Détails

DSCF8775.JPG     DSCF8776.JPG

DSCF8778.JPG

DSCF8781.JPG     DSCF8782.JPG     DSCF8785.JPG

DSCF8790.JPG     DSCF8792.JPG

DSCF8786.JPG     DSCF8787.JPG     DSCF8788.JPG

DSCF8794.JPG     DSCF8796.JPG

Des images signées Laurence autour de la présentation de  l'expo

a lb a.jpg

a lb b.jpg

a lb c.jpga lb d.jpg

20:10 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

24/01/2016

Deux gravures de Laurence Burvenich

Deux gravures récentes

Mon amie l'artiste peintre et graveur Laurence Burvenich, en résidence pour un an à la Réunion, m'adresse deux gravures réunionnaises qu'elle a réalisées tout récemment. J'en aime l'épaisseur, la robustesse allègre, l'esprit littéraire (la gravure se rapporte, dans mon esprit, à la littérature, à la calligraphie), la densité presque grave, la distribution de la lumière et la beauté sombre, habitée, la projection d'une scène dans l'intemporalité du monde de l'art. Projet baudelairien d'arracher du circonstanciel pour le jeter dans l'éternel. J'y reconnais le trait vigoureux profond, chaleureux, bienveillant, attisé de Laurence,  son humanité riche. J'ai plaisir à partager ceci avec vous. 

DSCF6753.JPG

L'enfant aux poissons

DSCF6754.JPG

Jeux d'enfants

11:35 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

24/11/2015

Laurence Burvenich s'expose à la Réunion

Durant le vernissage de son exposition, l'artiste peintre Laurence Burvenich est immortalisée par la photographe française Marie-Pierre Manecy

LB par MP M.JPG

21:59 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

21/11/2015

Laurence Burvenich réalise le somptueux portrait de Sophie Jiang

LAURENCE BURVENICH A L'OEUVRE

Mon amie Laurence Burvenich m'envoie, de la Réunion, son dernier portrait en date. Une merveille vivante, allumée, éclairée de l'intérieur, une magnifique et poétique luciole humaine. Il s'agit du portrait de Sophie Jiang (60x60, temepra et huile sur bois). Très exalté, je n'ai rien de plus pressé que de partager cette oeuvre lumineuse et délicate. Voici une nouvelle perle dans la précieuse collection de l'artiste peintre belge. Délicatesse, beauté, fascinante concentration sur le cœur du visage, sur le triangle somptueux que font les yeux, le nez, la bouche. Géométrie vertigineuse qui fait danser ce triangle dans la rondeur du visage. Autour, un valse de couleurs avec des bleus enivrants. Passionnante fleur de féminité. Et, supplément de grâce, ce flouté soyeux, sensuel qui n'appartient qu'à elle.

a lolo portrait.JPG

08:49 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

06/11/2015

Laurence Burvenich à la Réunion

L A U R E N C E    B U R V E N I C H

Tout son être, substances et essences, palpite dans son art. La peinture la dévore et la nourrit. Peindre, selon elle, c’est célébrer. La fièvre est avec elle.

a lau a.JPGNée en 1973, Laurence Burvenich est une artiste peintre belge. Elle est aussi sculpteur, graveur, illustratrice, infographiste, photographe. Plus secrètement, presque intimement, elle est musicienne et chanteuse. Elle se signale à nous par une amoureuse curiosité du monde, un frisson dans le feu de ses couleurs, le bonheur frémissant de peindre, de tressaillir par la peinture. Spécialiste du nu et du mystère magique du nu, elle invente des nus habités de nudité, animés de nudité, des nus vrais, des nus vraisemblables qu’un verni d’âme accentue, des corps charnus et oints d’âme. Elle crée une chair spirituelle où la matière, l’impondérable, l’instant et la durée s’ajustent. Elle peint des paysages qui pensent et rêvent, flottent, tremblent, hurlent, dansent, lieux et arbres animés, envoûtés de vie, de tourments, des marines sauvages et sublimes comme les versions picturales d’une vie intérieure contemplative et sismique. Elle aime la mer sauvage, en furie, la mer qui bombent ses flots sombres et battus en neige, la mer écartelée et fastueuse et elle aime les longues baies paisibles aux tons chauds. Elle crée des dimensions où l’abstrait et le figuratif franchissent ensemble, l’un vers l’autre, les frontières qui les distinguent. C’est un être de la célébration par la couleur et la matière, elle se réalise toute entière dans l’impétuosité gestuelle, dans l’affrontement à la toile et dans le cisèlement délicat, la caresse, c’est une danseuse au pinceau, parfois, je l’ai regardée lorsqu’elle peignait, ses gestes chorégraphiques, ses gestes d’elfe mais aussi, ses brutalités de tailleur de pierre ou de tanneur de peau. C’est un être de l’enthousiasme, de la communion aux choses, de l’ouverture aux autres, c’est un artiste fervent qui sait, dans une union de plus en plus aboutie, de plus en plus délivrée de tout calcul,  accorder sa fièvre à ses qualités de maîtrise. Elle a trouvé, ce qui lui permet de livrer toutes ses virtualités, le lieu en elle où l’intellectuelle et la manuelle communient, cet état où la main peut rendre le subtil et l’intense de l’émotion et de la pensée. Avec le bagage de ses rouges, ses bruns, ses beiges, toutes ces chaleurs qui sont sa forge stable, sa vitesse de combustion, sa couleur existentielle, elle entre comme envoûtée, possédée et avide dans la magie des couleurs où elle investit tout ce qu’elle est : son odorat affûté et sensible, son sens raffiné et gourmand du toucher (manège de grain, de lisse, de pollen, de sillons et d’adjonction de matières inattendues), son goût de l’aventure, de la route, du large, des panoramas ouverts, sa citoyenneté mondiale, son infatigable attrait pour la texture humaine, ses inépuisables provisions d’ivresse, ses hallucinations et illuminations, sa réjouissante et exaltante savouration des choses. 

Quelques œuvres toutes récentes, pas sèches encore

FALAISES, MARINES, PLAINE DE SABLE

a lau 1 falaise.JPG

a lau 2 marine.JPG

a lau 3.JPG

a lau 4  plaine de sable.JPG

Deux œuvres en cours - scènes de vie

a lau 5 oeuvre en cours scène de vie.JPG

a lau 5 oeuvre en cours.JPG

10:09 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

19/10/2015

Nouveautés de Laurence Burvenich

LAURENCE BURVENICH

Mon amie, l'artiste peintre Laurence Burvenich est établie à la Réunion pour une année. Elle continue plus que jamais à peindre. Voici quelques-unes de ses dernières œuvres. Il s'agit de magnifiques nus féminins réalisés en atelier, dessins marouflés sur bois, crayon graffite, brou de noix, huile sur bois avec application d'une seconde couche de glacis. Vous pouvez suivre les aventures picturales de Laurence Burvenich à partir de ce lien :

http://aventurepicturale.skynetblogs.be/

a bu 1.jpg

a bu 2.jpg

a bu 3.jpg

a bu 4.jpg

a bu 5.jpg

a bu.jpg

12:30 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

23/02/2015

Avec Laurence Burvenich

HAIKUS EN FORME D'ORCHESTRE SUR LA NUDITÉ

a avec Lolo 2.JPG

dessins, sculptures, infographie : laurence burvenich - poémes : denys-louis colaux

H 1.jpg

MAÎTRISE, VIOLONS
 
Passent l'âme, l'eau
le halo du pinceau sur
le linge du geste.
 

H2.jpg

LUMIÈRE, CUIVRES
 
Et l'épaule lève,
laiteuse, un peu vénitienne,
son ampoule opale.
 

H3.jpg

LUMIÈRE INTÉRIEURE, VIOLONCELLES
 
Nue, afin qu'un astre,
en la lourde et lente essence
de son sang, infuse.
 

H4.jpg

LIGNAGE, HARPE
 
Tel un épi d'huile
pris dans l'étui de sa cloche,
nu, le corps éclot.
Corps & échos

BC 1.jpg

Les corps rêvaient
 
Humbles 
à la terrasse de leur nudité
 
Précis
masqués d'un lait d'ombre
ils faisaient âmes avec eux-mêmes
 
Les corps regardaient
célestes
passer leurs anges délivrés
 

BC 2.jpg

Lents
 
Parés de neige intimes
ils couvaient les frissons de leurs ailes intérieures
 
Les corps songeaient
délassés
aux horizons de leurs amarres
 
Pâles
voilés d'une once d'huile
ils naviguaient au chevalet
 

a avec Lolo 3.JPG

LE MAGNE

Magne 1.jpg

BRUMES DU MAGNE
 
De grands roulis de lait
étendus de miel ocre et de sucre candi
Des roulis d'âmes
mêlés de gypse et de péchés véniels
Roulaient
sur des bastilles de sable et de pierre
des manèges solubles
d'humanité morte et naissante
 

Magne 2.jpg

OCHIA
 
La vie par ses fissures
par les nervures de ses rêves
sue de l'encre à poème
et du thé d'arc-en-ciel
 

magne 3.jpg

magne 4.jpg

LES PLAINES DU MAGNE
 
Aux longs fils électriques
              qui font entre deux crêtes
passer le monde
         par le chas de l'aiguille
sèchent les linges
les dépouilles de mue
de l'horizon lavé
 
Des vergers de couleurs
mouillés dans leurs racines
hèlent de leurs chapeaux
tout en haut du Péloponnèse
les grands cheveux de la lumière

a avec Lolo.JPG

USINES & FOURNEAUX
 
Us 1.jpg

Ces usines ne sont pas des usines. Ce sont des usines sur bois. Ce sont des fleurs de fumée, des essaims de papillons toxiques. Ce sont de dansants Versailles de poussière chaude. Des bras de braise, des badigeons qui touillent dans le ventre ouvert et les tuyaux d’orgues de l’arc-en-ciel. Ce sont de vrais fantômes vivants, des vaisseaux incarcérés dans les poisons de leurs haleines. Ce sont des lignes avalées dans des bouillons de suie, d’urée et de sang. Ce sont de vacillants calvaires de croix et bannières, des horizons shampouinés à l’eau de rouille, au jus de soufre, à l’huile d’extrême-onction.

us 2.jpg

us 3.jpg

Ces usines ne sont pas des usines. Ce sont des suées d’humanité perdue. Des cimetières en gésine de feux follets. Ce sont des espérances de pain blanc et de soupe, des rêveries de bord de mer. Ce sont des calicots qui brûlent parmi les nuages. Ce sont des batteries de vulcains mis à la chaîne, aux ordres, sous contremaître. Ce sont des vitraux d’éclipse et d’irruption. Ce sont des bûchers ardents. Des prières d’incinérer. Crachés mauve et deuil, le chant du cygne, l’agonie sale des Lumières. C’est Cézanne au charbon, au gaz, au feu, au trottoir.

us 4.jpg

Ces usines ne sont pas des usines. Ce sont des athanors étouffés dans leurs tuberculoses, des sanatoriums à l’envers. Ce sont des cathédrales d’asphyxie, des triomphes d’apocalypse. Ce sont des cracheuses de cendres, des souffleuses d’âmes. Ce sont des machines à boucaner les oiseaux, les étoiles. Ce sont, pour les musettes où viendra pavoiser la Camarde, des accordéons et des bugles à vous souffler la mort en pleine gueule. Ce sont, à l’unisson de leurs architectes, des machines qui toussent sous le ciel.

11:09 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

19/02/2015

Laurence Burvenich - expo et atelier

L a u r e n c e    B u r v e n i c h

EXPOSITION COLLECTIVE

a denys laurence.jpg

 Laurence Burvenich, Denys-Louis Colaux

a expo.jpg

C O R N E I L L E

La première salle de l'exposition, excellente surprise, est consacrée au célèbre peintre, graveur, sculpteur et céramiste néerlandais Corneille (1922-2010), initiateur avec Christian Dotremont, Karel Appel, Constant Nieuwenhuis, Asger Jorn, Pierre Alechnbisky du mouvement Cobra.

DSCF4413.JPG

DSCF4414.JPG

DSCF4415.JPG

DSCF4416.JPG     DSCF4417.JPG

DSCF4418.JPG

DSCF4421.JPG

L A U R E N C E   D A N S   L' E X P O S I T I O N

DSCF4426.JPG

DSCF4428.JPG

Cliché historique : Laurence surprise en train de photographier ses propres œuvres

DSCF4429.JPG

DSCF4430.JPG

DSCF4432.JPG

DSCF4433.JPG

 

DSCF4434.JPG

DSCF4435.JPG

J o ë l l e    M e u n i e r

DSCF4437.JPG     DSCF4438.JPG

DSCF4439.JPG     DSCF4442.JPG

DSCF4443.JPG

RETOUR À L'ATELIER DE LAURENCE

Après notre visite privée de l'exposition, nous revenons à l'atelier de Laurence. Alors qu'elle entrouvre une énorme farde, je découvre quelques-unes des lointaines gravures de mon amie ( datées de la première moitié des années quatre-vingt-dix). Je ne les connaissais pas, elles me plaisent, Laurence accepte, après négociation que j'en photographie quelques-unes. Je photographie encore quelques œuvres, des sculptures, des coins de l'atelier et mon artiste peintre favorite. Comme ça sent bon le talent, la persistance, la grâce, l'art et la poésie dans ce grenier près du ciel, comme la lumière tombe bien, comme une robe sur des hanches. 

DSCF4450.JPG     DSCF4452.JPG

DSCF4455.JPG     DSCF4458.JPG

DSCF4459.JPG   DSCF4461.JPG   DSCF4462.JPG

Par la fenêtre de l'atelier, on aperçoit le bulbe de la collégiale et les remparts de la citadelle en haut du rocher

DSCF4469.JPG   DSCF4470.JPG   DSCF4474.JPG

DSCF4475.JPG   DSCF4477.JPG

DSCF4478.JPG   DSCF4489.JPG   DSCF4490.JPG

DSCF4479.JPG   DSCF4480.JPG

DSCF4481.JPG   DSCF4485.JPG

DSCF4483.JPG   DSCF4486.JPG   DSCF4488.JPG

DSCF4491.JPG   DSCF4493.JPG   DSCF4496.JPG

DSCF4495.JPG

DSCF4498.JPG

Un très beau bronze de l'artiste

DSCF4499.JPG

DSCF4501.JPG

14:40 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |

05/02/2015

L'atelier de Laurence Burvenich

L ' ATELIER  DE  LAURENCE

Ce jeudi 5 février 2015, je me rendais chez mon amie Laurence Burvenich pour voir ses nouvelles œuvres, papoter avec elle, deviser, envisager le futur et prendre le thé. J'en ai profité pour prendre quelques photographies. Ici, dans l'atelier, l'ordre et le sauvage cohabitent, ça sent bon l'huile, l'épice de l'inspiration hante les lieux, la lumière est picturale, Laurence s'exalte en évoquant son travail, une réalisation à l’œuf, le modelé d'une cuisse, le désir que le geste apparaisse dans l'oeuvre. Elle fixe, selon les œuvres que nous regardons ensemble, les points géographiques de son inspiration : Baie de Somme, Normandie, Grèce, île de la Réunion, Islande (dont elle revient, où elle a fréquenté en solitaire les fjords, les geysers, les glaciers, les phoques). Ses évocations sont savoureuses, allègres, étonnantes. C'est aussi une remarquable photographe. Elle me fait voir ses clichés de voyage : beaux, originaux, soignés, classieux. 

DSCF4142.JPG

DSCF4143.JPG

DSCF4144.JPG

DSCF4145.JPG

DSCF4147.JPG

DSCF4154.JPG   DSCF4155.JPG

DSCF4157.JPG

DSCF4159.JPG   DSCF4161.JPG

DSCF4163.JPG

DSCF4164.JPG   DSCF4168.JPG

DSCF4172.JPG

DSCF4174.JPG

DSCF4175.JPG

DSCF4177.JPG

DSCF4179.JPG

DSCF4181.JPG

DSCF4183.JPG

DSCF4184.JPG   DSCF4185.JPG

DSCF4187.JPG

DSCF4188.JPG   DSCF4189.JPG

DSCF4190.JPG   DSCF4195.JPG

DSCF4196.JPG   DSCF4198.JPG

DSCF4201.JPG

18:36 Publié dans Laurence Burvenich | Lien permanent |  Facebook |